AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 « dbhqzvqxdbj » [w/ Lowell]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Havy Moons
« Loners »
« Loners »
avatar
messages : 21
points : 12
inscription : 20/03/2015
orientation sexuelle : Indécis
profession : Étudiant
année d'étude : Deuxième année

Dim 22 Mar - 18:18

Des cours, et encore des cours… Havy errait dans les couloirs après une journée complète et pleine de devoirs, en pensant à un moyen de se changer les idées. Il se souvient alors de cette cheminée qu’il n’avait pas pu escalader l’autre jour, faute de matériel, et décide de passer par sa chambre pour se changer et prendre un grappin.

     Une pierre qui ressort du sol. C'est tout ce qu'il lui faut pour s'étaler sur le sol. Il se relève en pestant et ressent une vive douleur au niveau du genou. Au moins, personne ne l'a vu, mais pas d'escalade pour ce soir, il a des difficultés rien que pour marcher. Couvert d'égratignures et en rogne à cause de ce caillou qui a contrecarré ses plans, il entre dans sa chambre en poussant violemment la porte.

     Havy dépose sa sacoche sur son bureau avant de se rendre en claudicant à la salle de bain. Il enlève son tee-shirt pour se rendre compte de l'étendue des dégâts. Ça n'a pas loupé, il saigne à trois endroits, ce qui le fait maudire son corps pour être si fragile. De plus, il a troué de partout son ensemble préféré. La poisse.

     De retour dans sa chambre, il ouvre son armoire afin de reprendre des vêtements quand il entend un bruit de papier froissé derrière lui. Il se retourne, et ne voit devant lui que son lit, puis remarque un reflet brillant sous celui-ci. Il se penche en grimaçant de douleur pour se retrouver, en caleçon, face à face avec un garçon aux cheveux verts qui l'observe avec un sourire moqueur. C'est alors que la rage combiné d'être trahi dans son intimité et de ne pas pouvoir se détendre en hauteur lui fait lâcher un magnifique :

« Scheiße ! Mais tu fous quoi là toi ? »
Revenir en haut Aller en bas
Lowell Quincy
« Work of Art »
« Work of Art »
avatar
messages : 226
points : 5
inscription : 19/03/2015
orientation sexuelle : Pianophile - Il ne s'accouple qu'avec son piano (et les bonbons. occasionnellement.)
année d'étude : Troisième année. (si si)

Lun 23 Mar - 9:39


Lowell ne sait pas combien de temps, il est resté ici mais il y est resté. Sans raison précise vraiment, juste l’ennui occasionnellement et le besoin étrange d’avoir des idées foireuses pour rester en vie. Entre deux bonbons, il se ramenait juste là, entrait par effraction totale et déclarait le sous-lit d’un certain brun comme son territoire. Loin de le faire comme les chiens, -un peu de retenu, il avait ramené son sac fétiche de sucrerie et attendait. Longtemps. Trop longtemps à son goût. La place restreinte lui donnait du mal et bon, avouons-le, Lowell a besoin de bouger pour ne pas s’ennuyer. Hors là. C’était très mauvais pour sa santé mentale. Heureusement qu’il pouvait toujours bouffer. Heureusement.

Bien sûr, entre une heure et trente minutes d’attente, il avait failli s’endormir. Ou peut-être l’avait-il vraiment fait, les yeux ouverts, cela va s’en dire. Il ne voulait pas rater l’entrée de son cher et tendre…Brun. « HAVY MOONS RAMENE TON CXL. » Bien sûr, cher et tendre. Le temps que Lowell calme ses pulsions et arrive à rester totalement immobile, -juste jouer avec ses mains et ses pieds, c’est bien rester immobile, le deuxième année eut finalement le temps de rentrer. Normalement, le buisson aurait du sortir en un « Bouh » parfait à cet instant là mais il ne se rendit compte des dégâts du manque d’action qu’à cet instant-même. Ses membres étaient paralysés et il était sûrement stuck au fond d’un lit. Tu parles d’une idée foireuse.

Entre avoir le temps de sortir de là et savoir comment sortir de là, il put observer un certain Havy alors qu’il se déshabillait. Il hésita à se demander sur la nature des tâches rouges et hésita entre trois options. Finalement, dans un geste brusque pour se relever, il frappa durement sa tête sur le bord et lâcha un cri de douleur, rapidement suivi par des larmes de gamins. Il agita les pieds et les balança de haut en bas tandis que Havy eut finalement raison de sa présence. Il prit les mains du brun avec un sourire moqueur crispé et s’en aida pour sortir ses fesses de sous son lit, écrivant un « PLUS JAMAIS. » très certain dans sa tête. Soupirant, désespéré, il se frotta l’arrière du crâne et lâcha une plainte sonore qui résonnait comme le gémissement d’un écureuil et en réponse au « Shiertruc » très compréhensible du plus jeune, il cria un « ICHIMAKAN. » qui était sûrement une langue inventée dans le tas par Lowell qui croyait qu’ils allaient jouer à « qui parle le mieux ce qui ne se parle pas. »

Inspirant finalement grandement et reprenant sa bonne humeur exceptionnelle, il afficha un grand sourire qui montrait toutes ses dents et pointa Havy du doigt comme on le fera à un panda de zoo pour dire à papa et maman qu’il était trop mignon. « BOUUUH. » Il fit un grand geste d’arc-en-ciel par la suite avec ses mains et ajouta, avec la très grande innocence qui le caractérisait. « J’ai apporté des bonbons. » Sautillant finalement cinq fois sur place pour se dégourdir les jambes, il réalisa les tâches rouges plus à proximité. N’y pensait pas plus longuement, il toucha le bout avec son doigt et pencha la tête sur le côté, pas du tout intimidé par la tenue –non présente- de son ami. Réalisant finalement que ce n’était ni de la peinture, ni du ketchup, il écarquilla les yeux et répéta à trois reprises –ayant sûrement perdu le peu de mots qu’il connaissait. « TT-T-TT-TT’ES BLESSE BORDEL. »



« Je suis tombé amoureux de candy crush avant de me rendre compte qu'on ne pouvait pas manger les bonbons dessus. Fxck it. #JDM #VDM #sad #alone #suicide #candy #sucre #manque #j'aitropdetempslibre.»

Revenir en haut Aller en bas
Havy Moons
« Loners »
« Loners »
avatar
messages : 21
points : 12
inscription : 20/03/2015
orientation sexuelle : Indécis
profession : Étudiant
année d'étude : Deuxième année

Mer 25 Mar - 11:13

    Évidemment. Des cours, des contrôles, un accident, et une atteinte à sa vie privée. Qu’est-ce qui va se passer encore ? Un incendie ? Une invasion de robots géants venus du futur ? La fin de l’univers ? Comme si Havy n’avait que ça à faire de s’occuper de ce gamin farceur et de se coltiner sa poisse légendaire. Lowell Quincy, dieu de la malchance et des sucreries. Un leprechaun, avec ses cheveux verts et son trésor bien gardé à haute teneur en glucides.

« J’ai apporté des bonbons. »


    Maigre consolation. Le sucre aiderait sûrement Havy à regagner une relativement bonne humeur, si c'était possible avec cet enchaînement infernal qu'il avait subi au long de la journée. Il chipe discrètement un ourson gélatineux dans l'un des paquets ouverts que Lowell tient dans les mains et s'apprêtait à se retourner pour s'habiller quand celui-ci touche l'une de ses blessures, lui arrachant une légère grimace. L'expression du garçon se décompose tandis qu'il essaye de s'exprimer, non sans mal.

« TT-T-TT-TT’ES BLESSE BORDEL. »


    À ce moment, Havy s'interroge sur la nature de l'intérieur du crâne de celui qui se tient en face de lui. Sa cervelle serait-elle composée exclusivement de porridge ? Cette interrogation intérieure lui fait remarquer un détail non négligeable : il est légèrement dévêtu... Le brun fait volte-face en attrapant un jean et un tee-shirt qui traînent, et s’habille le plus vite possible. Il tente de s’expliquer rapidement afin de renvoyer celui qui se tient encore en face de lui, tout en le poussant autant que possible vers la porte.

« J’suis tombé. Pas de quoi faire une crise. »


Revenir en haut Aller en bas
Lowell Quincy
« Work of Art »
« Work of Art »
avatar
messages : 226
points : 5
inscription : 19/03/2015
orientation sexuelle : Pianophile - Il ne s'accouple qu'avec son piano (et les bonbons. occasionnellement.)
année d'étude : Troisième année. (si si)

Mer 25 Mar - 11:26

« On devrait soigner ça non ? »
Lowell répliqua aussitôt en posant son index sur ses lèvres comme si c’était la remarque la plus évidente au moment. N’attendant pas de réponse comme à son habitude, il fit deux saltos avant dignes d’un olympique –ou pas et se dirigea sans gêne vers la salle de bain. Il alla aussitôt chercher dans le miroir-armoire ce dont il pourrait trouver. Même avec un QI de 10, le fait qu’il se blesse souvent –et les autres autour de lui, lui a fait connaître les mérites de la pharmacie, des pansements et des bandages.

Il ne trouva rien de vraiment intéressant si ce n’est des choses familières ont il oubliait quasiment toujours le nom. Encore heureux, il se souvenait de la forme. Il prit donc une bouteille de désinfectant, du coton-tige et des pansements avant de partir, tout content vers son cher ami –ou presque. Il agita les produits devant lui, et faute de ne pas pouvoir le pointer du doigt, il lui jeta le regard de l’obéissance et sauta deux fois sur place pour montrer son sérieux.
« Déshabille-toi ! »



« Je suis tombé amoureux de candy crush avant de me rendre compte qu'on ne pouvait pas manger les bonbons dessus. Fxck it. #JDM #VDM #sad #alone #suicide #candy #sucre #manque #j'aitropdetempslibre.»

Revenir en haut Aller en bas
Havy Moons
« Loners »
« Loners »
avatar
messages : 21
points : 12
inscription : 20/03/2015
orientation sexuelle : Indécis
profession : Étudiant
année d'étude : Deuxième année

Mer 25 Mar - 12:01

« Déshabille-toi ! »

     Non seulement il entrait sans permission, mais il allait fouiller sans gène dans la salle de bains et s'autorisait à essayer de soigner le pauvre brun, qui craignait désormais pour sa vie. Ce dernier obtempéra cependant devant l'expression de l'intrus quand il comprit que ce serait impossible de le faire lâcher l'idée.

     Il se remit donc dans une tenue presque intégralement constituée d'air, et présenta ses blessures à son médecin d'infortune, qui semblait fier de pouvoir rendre un service. Celui-ci avait, pour l'occasion, troqué ses habituels paquets de bonbons et autres sucreries par de quoi soigner son patient, qui s'apparentaient plutôt pour lui à des instruments de torture. En priant tous les dieux qu'il connaissait, il serra les dents et ferma les paupières.

« Si j'ai plus mal que nécessaire, je t'enferme dans un placard pendant une journée ! »


Revenir en haut Aller en bas
Lowell Quincy
« Work of Art »
« Work of Art »
avatar
messages : 226
points : 5
inscription : 19/03/2015
orientation sexuelle : Pianophile - Il ne s'accouple qu'avec son piano (et les bonbons. occasionnellement.)
année d'étude : Troisième année. (si si)

Mer 25 Mar - 15:50

Lowell avait confiance en ses capacités de soigneur. C’était un fait. La chose qu’il avait oublié au passage était sa poisse de l’extrême, évidemment, ce n’était qu’un détail. Un détail qui prenait tout son sens quand le troisième année se rapprocha du brun pour désinfecter les blessures. Or pour les désinfecter, il fallait ouvrir un flacon. Or. Lowell et les flacons, ce n’est jamais ça. Or, après deux tentatives, il s’énerva finalement. Or, il l’ouvrit d’un coup trop fort, trébucha et renversa tout le liquide alcoolisé sur le pauvre torse blessé de Havy.

Le buisson ambulant eut beaucoup très énormément de mal à réagir face à sa gaffe. Non, en vrai. La seule réaction qu’il pouvait avoir était un cas de panique total. Il pouvait voir la souffrance dans les yeux de Havy et sincèrement, il voulait beaucoup très énormément aussi éviter de remarquer la lueur meurtrière qui s’y était sûrement installé. Lowell fit des pas de droite à gauche, puis, il se mit à courir, puis il roula sur le sol, puis il explora la salle de bain puis il revint avec une serviette puis il essuya frénétiquement le torse de son ami. « NON ATTENDS. C’EST ROUGE HAVY. C’EST SUPER ROUGE. » Bien sûr, c’était rouge. C’est du sang. Se mordillant la lèvre inférieure, il se rendit compte de l’étendu de sa malchance de l’extrême. Il aurait du juste se barrer plus tôt. « On devrait peut-être…aller voir…un expert… » Non vraiment? « Mais tu vas pas vraiment m’enfermer dans un placard hein. J’veux dire c’est petit. Enfin, je suis petit. Mais c’est noir. J’ai peur du noir. »



« Je suis tombé amoureux de candy crush avant de me rendre compte qu'on ne pouvait pas manger les bonbons dessus. Fxck it. #JDM #VDM #sad #alone #suicide #candy #sucre #manque #j'aitropdetempslibre.»

Revenir en haut Aller en bas
Havy Moons
« Loners »
« Loners »
avatar
messages : 21
points : 12
inscription : 20/03/2015
orientation sexuelle : Indécis
profession : Étudiant
année d'étude : Deuxième année

Jeu 26 Mar - 3:14

     Evidemment que c'est rouge ! Mais quel crétin celui-là ! Havy saigne, et le sang est rouge, oui, il est normal qu'il soit rouge. Idiot. Le garçon réfléchit à un moyen efficace et silencieux de se venger avec son cerveau embrouillé par la douleur.

« On devrait peut-être…aller voir…un expert… »

     Havy veut bien aller voir n'importe qui, tant que celui qui se tient en face de lui ne le touche plus. Il se demanda donc comment fuir pour se rendre à l'infirmerie, suffisamment vite pour ne plus avoir affaire au garçon, mais en réussissant à ne pas avoir plus mal sans que tout le pensionnat le voit en caleçon.

     C'est alors que Lowell lui rappelle une excellente idée : celle du placard. Il se met à réfléchir à un moyen de l'enfermer sans qu'il s'en rende compte tout en le rassurant que jamais, il ne lui ferait ça, le pauvre !

« Dis, Low, tu peux aller me chercher un jogging qui tient pas trop au corps, au fond de cette armoire ? »

     Gêné par sa petite taille, l'intéressé obéit en entrant tout entier dans ladite armoire, et Havy en profite pour l'enfermer à clé et se diriger en pantalon avec une serviette sur les épaules vers un lieu où le personnel soignant serait plus compétant.


Revenir en haut Aller en bas
Lowell Quincy
« Work of Art »
« Work of Art »
avatar
messages : 226
points : 5
inscription : 19/03/2015
orientation sexuelle : Pianophile - Il ne s'accouple qu'avec son piano (et les bonbons. occasionnellement.)
année d'étude : Troisième année. (si si)

Jeu 26 Mar - 10:10

Pourquoi, il s’était dirigé vers l’armoire. Pourquoi il avait joué la carte des bonnes intentions. Pas comme si la demande était suspecte. Elle était parfaitement logique jusqu’à ce que la porte se renferme sur lui. Bien sûr, être enfermé dans un placard était une expérience très plaisante hein. Sûrement plaisante. Quand on n’essaie pas de démolir la porte.
« HAVY. BORDEL. JE VEUX SORTIR...HAVY T'ESPASPARTIHEIN...hein... »
Un espace restreint, un silence de mort, ça ne pouvait mettre lowell que mal à l’aise. Le truc, étant qu’il avait peu d’espace pour bouger et maintenant qu’il faisait attention à son environnement. Oui. Il était dans le noir. Le troisième année détestait les couleurs sombres mais ce qu’il détestait plus que tout c’était être plongé dans une couleur sombre. Même ses vêtements n’apportaient aucune once de lumière et même s’il avait du mal à l’avouer.
Ce n’était pas seulement ne pas aimer. Il avait peur. C’est tout.

Lowell avait des réactions très enfantines et la seule chose qu’il pouvait faire alors qu’il perdait toute son énergie c’était de se mettre en boule, faire la moue, alors qu’il étouffait ses sanglots. Il se savait assez gamin dans le genre mais il voulait juste sortir d’ici et après multiples essais, il s’était rendu compte que sa force –qui n’arrivait pas à ouvrir un pot de confiture, était sûrement insuffisante pour défoncer l’armoire.
Alors il attendait sagement que Havy vienne le « sauver », comme il l’avait « enfermer » d’ailleurs. Il essayait de trouver des excuses pour ne pas seulement maudire son ami. Il ne savait pas. Il était en colère. Il était ennuyé. Il voulait rester loin de là. Puis, non, au final, il boudait très fermement.



« Je suis tombé amoureux de candy crush avant de me rendre compte qu'on ne pouvait pas manger les bonbons dessus. Fxck it. #JDM #VDM #sad #alone #suicide #candy #sucre #manque #j'aitropdetempslibre.»

Revenir en haut Aller en bas
Havy Moons
« Loners »
« Loners »
avatar
messages : 21
points : 12
inscription : 20/03/2015
orientation sexuelle : Indécis
profession : Étudiant
année d'étude : Deuxième année

Ven 27 Mar - 3:30

     Havy va le plus rapidement possible, en prenant en compte son boitement et les produits qui le brûlent, à l'infirmerie pour arrêter la douleur. Quand on lui demande ce qu'il a, il présente juste ses blessures avec un rictus de douleur. Il est donc vite pris en charge.

     Le personnel de l'infirmerie fit un excellent travail, ce qui permet à Havy de ne plus sentir aucune douleur. Il va donc se promener, et finit, au hasard de ses déplacements, par arriver sur le toit. Il se place sur le plus haut point du pensionnat, mais s'endort bien vite à cause de l'agitation de la soirée.

     Quand il se réveille, il est 2h du matin. Havy se demande ce qu'il fait là, puis, se remémorant les événements récents, se souvient tout à coup du prisonnier qu'il avait fait. Il descend en prenant tout son temps, et entre dans sa chambre avec un sourire sadique en annonçant pendant qu'il ouvre la porte de l'armoire :

« Alors Lowell, bien dormi ? »


Revenir en haut Aller en bas
Lowell Quincy
« Work of Art »
« Work of Art »
avatar
messages : 226
points : 5
inscription : 19/03/2015
orientation sexuelle : Pianophile - Il ne s'accouple qu'avec son piano (et les bonbons. occasionnellement.)
année d'étude : Troisième année. (si si)

Jeu 9 Avr - 6:02

Lowell est quelqu’un de très mature, très compréhensible, très patient aussi.
Ou pas. Pas comme si rester pendant il ne savait combien d’heures, enfermé dans une armoire le dérangeait particulièrement. Non, c’est pas comme s’il détestait le noir particulièrement aussi hein. Il n’avait pas peur évidemment.
Évidemment.
Sérieusement, Havy ne se foutait pas un peu de sa gueule ? Si Lowell avait encore un peu de force, il aurait pu défoncer la porte mais Lowell est un crevette dans tous les termes et la seule chose qu’il avait trouvé à faire était de compter ses doigts. Au moins, on était sûr qu’il en avait bien dix. Finalement quand il pensait perdre tout espoir de survie, la porte s’ouvrit et voilà. La suite était assez envisageable. Un peu comme enfermer son toutou pendant plusieurs heures à la maison. Au final, il vous saute dessus et il vous mord.
Vengeance.
Oui, Lowell venait de mordre Havy. N’ayant même plus la force de trouver des mots, il lâcha seulement un cri de rage, entrecoupé par un sanglot. Charmant. Ne cherchant même pas de suite, il tourna le dos au brun et se barra.
« JE TE HAIS. »



« Je suis tombé amoureux de candy crush avant de me rendre compte qu'on ne pouvait pas manger les bonbons dessus. Fxck it. #JDM #VDM #sad #alone #suicide #candy #sucre #manque #j'aitropdetempslibre.»

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
 

« dbhqzvqxdbj » [w/ Lowell]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» LOWELL HOUSE ♬ "The "earth" without "art" is just "eh" "
» Delilah F. Lowell ► Freida Pinto
» Aaron C. Lowell (terminé)
» Ren Lowell [Humain - Ordre]
» Journal de Lowell Edwards

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PENSI☀NNAT AZURE :: Azure Events :: Archives avant 03/04/15-
Le Pensionnat International Azure (PIA) accueille chaque année de nombreux étudiants de l'Australie, mais aussi de partout dans le monde comme l'institut est affilié à plusieurs autres écoles dans le monde (ce qui fait que les échanges étudiants ne sont pas rares). Il ne nécessite pas d'être riche pour fréquenter cette école, mais d'être au minimum dans la moyenne.
Votre St@ff

Afin de poster votre propre rumeur, veuillez contacter par messagerie privé Luxana.
Ethan J. Flynn puerait tellement des pieds que l'on sentirait l'odeur de ceux-ci dans la chambre voisine.
Il paraîtrait que Aleksey A. Averine se soit fait faire des implants pour avoir des poils, étant naturellement imberbe.
Il paraît qu'Eileen Trayss est du genre à vomir sur quiconque se baladerait pieds nus.
Nemesis Jones serait profondément amoureux de Wade Spitznogel au point de rêver de lui et d'appeler son prénom dans la nuit. Hé hé.
Une rumeur ici.
Une rumeur ici.
Une rumeur ici.
Une rumeur ici.
Une rumeur ici.
Une rumeur ici.
Une rumeur ici.
Une rumeur ici.