AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Altercation après les cours [Pv Aaron C. Endeavour]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Iwatsuna Yamiko
« Loners »
« Loners »
avatar
messages : 25
points : 0
inscription : 17/03/2015
orientation sexuelle : Hétérosexuelle mais curieuse.
profession : Elève.
année d'étude : 2ème année

Jeu 19 Mar - 20:08

La journée de cours commençait à prendre fin. Le crépuscule n'allait plus tarder à faire son apparition dans le ciel bleu. Yamiko s'avança vers son casier, déverrouilla son cadenas et posa les quelques livres qu'elle tenait dans la main. Elle déposa des cahiers pour alléger son sac qui était bien lourd. Elle pensa qu'elle avait encore à travailler ce soir, un devoir "maison" qu'elle devait rendre la semaine prochaine. En effet, elle aimait s'y prendre en avance. Elle posa son sac par terre au moment où une main claqua violemment son casier.

- Yamiko !
- Nani ?
- Me parle pas dans ton langage débile.
- Qu'est-ce que tu veux Jenny ?
- Que tu me rendes mon argent.
- Une fois payé, ce n'est pas remboursé.
- Sauf que tu avais tout faux dans tes prédictions alors rends-moi mon argent connasse !

Jenny, une jeune fille de seize ans, avait pour habitude d'aller voir Yamiko pour des prédictions et elle lui avait donné une bonne somme d'argent lorsque l'on fait les totaux. Elle avait une démarche masculine et était taillée limite comme un camionneur. Chose qui, pour son âge, n'était pas avantageux. Loin de là. Ses cheveux d'un blond décoloré étaient souvent gras, mais là, étonnamment, ils ne l'étaient pas. Il était rare que les garçons posent les yeux sur elle et elle était entourée d'une bande copines moins grosses mais tout aussi imposantes. Elles aussi étaient présentes, non loin derrière de Jenny et se moquaient d'elle. L'Imposante commença à s'énerver et serra les poings.

- Et puis, tu vas faire quoi Jenny ? Me frapper pour que je te rende ton argent alors que je ne te le rendrais pas ? Laisse-moi rire ! Je me suis trompée, ça arrive.

Ni une ni deux, la camionneuse lui balança un coup dans le ventre et ses copines commencèrent à lui tirer les cheveux. Yamiko n'avait pas peur, elle avait encaissé le coup bien qu'un aie étouffé sortit de sa bouche. Elle avait mal, ça c'est un fait mais elle essayait de ne rien laisser transparaître. Le stéréotype du japonais qui encaisse mais ne dit rien. Jenny poussa légèrement ses copines et saisit la japonaise par le cou.

- Tu vas me rendre mon fric la prochaine fois qu'on se voit sale conne. Et avec des intérêts. Sinon je vais dire aux profs que les gens te payent pour de la voyance.

- En tout cas, j'avais raison dans ma prédiction te concernant.

- Hein oui ? Quoi ?

- Que t'es vraiment minable.

Soudain, Yamiko regarda Jenny d'un regard particulier. Noir, inquiétant. Elle ne semblait plus être la même bien qu'elle soit-elle même. Jenny la lâcha brusquement par peur et ses copines reculèrent progressivement en même temps qu'elle. Lorsque Yamiko lança un de ses regards empoisonnés dont elle a le secret.

- Mais... t'es trop bizarre comme fille ! Monstre ! On se reverra ! Venez les filles !

Jenny partit en courant avec ses deux copines. Apeurées. La japonaise lâcha prise et posa sa main sur son cou qui avait une petite rougeur. Cette saleté de camionneuse l'avait quand même serrée un peu fort. Elle toussa légèrement et reprit son souffle calmement. Comme pour se calmer.
Revenir en haut Aller en bas
Aaron C. Endeavour
« So Famous »
« So Famous »
avatar
messages : 18
points : 9
inscription : 18/03/2015

Ven 20 Mar - 16:39

Il sentait le chlore. Encore. Toujours. Comme à son habitude, il transportait sur lui cette odeur si particulière, ramenée tout droit des bassins. Il s'étirait tranquillement en marchant, laissant paraître la fine musculature de ses bras laissés découverts. Il fredonnait le refrain de Pompeii tout en marchant, assez soulagé d'en avoir enfin fini. Les journées étaient toujours plus ou moins longues avec les cours le matin, et les longues heures d'entraînement dès l'après-midi. Il aurait parfois aimé pouvoir sécher un entraînement. Se permettre de louper un rendez-vous avec son entraineur. Se laisser aller dans son hamac, le téléphone éteint et tout moyen de le contacter gelé. Mais non, il ne pouvait pas se le permettre. Il fallait faire bonne figure devant les autres. Alors il se taisait, continuant à avancer dans cette routine perturbante qui semblait s'installer.

Il avançait, tranquillement, allant rechercher quelques livres dans son casier, se stoppant en voyant une jeune fille se faire visiblement maltraiter par quelques autres. Il s'était contenté de s'arrêter, sortant son téléphone pour prendre une photo, l'envoyant à un de ses contacts fréquents. Le petit gars devrait pouvoir régler cette affaire en deux temps trois mouvements. Il avait juste joint quelques mots à la photo, avant d'envoyer son message au petit Mac Allistar.

    Tiens. Quartier libre. Et sors moi du dossier hein.


Il avait alors continué à marcher vers la demoiselle en. Plus ou moins détresse, qui venait manifestement de faire fuir ses assaillantes. Il s'était approché assez discrètement, venant ouvrir son casier, attrapant ses livres pour les fourrer au fond de son sac, qu'il avait rebalancé sur son épaule, venant enfin vers la demoiselle. Il s'était arrêté juste à côté d'elle, lâchant un petit soupir. Il ne la regardait même pas. Il fixait le couloir où avaient fuit les trois pestes, se décidant finalement à prendre la parole.

    Tout va bien ?


La réponse semblait évidente. Mais il n'avait jamais été très doué pour ce genre de choses. Il n'avait jamais vraiment su montrer qu'il se préoccupait pour les gens.



La rouquinite, ça se soigne.
Revenir en haut Aller en bas
Iwatsuna Yamiko
« Loners »
« Loners »
avatar
messages : 25
points : 0
inscription : 17/03/2015
orientation sexuelle : Hétérosexuelle mais curieuse.
profession : Elève.
année d'étude : 2ème année

Ven 20 Mar - 20:37


C'était la première fois que la japonaise se faisait agresser de la sorte. Il lui arrivait de se faire insulter, mais rarement jusque là. Juste pour une histoire de prédiction. C'est sûr que Jenny avait payé, soit. Cela lui donnait-elle le droit de la frapper ? De la soulever pour le cou pour une histoire aussi futile ? Yamiko n'en revenait pas devant tant d'âneries et de puérilités. Elle se sentait bien seule. Avant, elle n'allait que très peu à l'école pour des soucis de santé et il est vrai que depuis son entrée au pensionnat, elle pense avoir du mal à trouver sa place. Peut-être qu'elle ai été très peu en contact avec des jeunes de son âge la met un peu en décalage ?

- Tout va bien ?

C'est alors qu'elle réalisa qu'une personne se trouvait prête d'elle et qu'elle ne l'avait même pas remarqué. Elle était tellement dans ses pensées et dans son monde qu'elle n'avait pas fait attention. C'était une voix d'homme et elle en eu confirmation lorsqu'elle tourna la tête en direction de son interlocuteur. Un jeune homme roux se tenait à côté d'elle. Yamiko n'avait plus son regard ténébreux et paraissait "normale". Enfin si cet adjectif la qualifiait vraiment... Elle ramassa son sac qu'elle avait posé par terre avant de se faire agresser. Les traces rouges qui se trouvaient au niveau de son cou étaient toujours présentes et bien saillantes. La jeune femme lui répondit poliment tout en grimaçant car Jenny avait quand même planté ses ongles dans son cou et ça picotait un peu. Ce n'était pas agréable certes, cependant c'était supportable. Elle fit mine de rien, esquissant un petit sourire.

- Oui, merci. Je crois que la prochaine fois, je choisirais mieux mes clients.

Yamiko verrouilla la porte de son casier grâce à son cadenas et fut légèrement pensive. Elle en déduit qu'il avait vu l'altercation. Entière ou en partie. Elle n'en savait rien. Mais elle savait qu'il avait vu quelque chose de cette montée en violence. Elle se sentait à la fois humiliée, honteuse et gardait une certaine fierté. Comme pour se protéger. La japonaise finit par rire nerveusement. Gênée mais rassurée que ce ne soit pas allé plus loin. Malgré tout, elle avait plusieurs cartes dans sa main et elle n'en avait pas encore utilisé avec Jenny. Cela ne saurait tarder. Cette grosse vipère n'allait pas tarder, tôt ou tard, à payer ce qu'elle lui avait fait. Quitte à ce qu'elle soit dans une situation compromettante. Elle connaissait ses points faibles et tenait bien à lui rendre la pareille. Yamiko posa sa main sur sa gorge pour palper, voir si ça allait mieux. Or elle sentait encore que ça picotait. Elle toucha alors son ventre sur son t-shirt et se dit qu'elle allait avoir un beau bleu. Bien qu'elle n'avait pas vu son ventre, elle avait mal rien qu'en appuyant un peu et elle savait qu'elle ne s'en sortirait pas indemne.

- De toute façon, je l'ai maudite. Elle reviendra.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
 

Altercation après les cours [Pv Aaron C. Endeavour]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» promenade après les cours
» Après le cours [pv Benjamin]
» Après les cours d'Elodie
» Après ses cours / PV Alix
» Rendez-vous après les cours

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PENSI☀NNAT AZURE :: Azure Events :: Archives avant 03/04/15-
Le Pensionnat International Azure (PIA) accueille chaque année de nombreux étudiants de l'Australie, mais aussi de partout dans le monde comme l'institut est affilié à plusieurs autres écoles dans le monde (ce qui fait que les échanges étudiants ne sont pas rares). Il ne nécessite pas d'être riche pour fréquenter cette école, mais d'être au minimum dans la moyenne.
Votre St@ff

Afin de poster votre propre rumeur, veuillez contacter par messagerie privé Luxana.
Ethan J. Flynn puerait tellement des pieds que l'on sentirait l'odeur de ceux-ci dans la chambre voisine.
Il paraîtrait que Aleksey A. Averine se soit fait faire des implants pour avoir des poils, étant naturellement imberbe.
Il paraît qu'Eileen Trayss est du genre à vomir sur quiconque se baladerait pieds nus.
Nemesis Jones serait profondément amoureux de Wade Spitznogel au point de rêver de lui et d'appeler son prénom dans la nuit. Hé hé.
Une rumeur ici.
Une rumeur ici.
Une rumeur ici.
Une rumeur ici.
Une rumeur ici.
Une rumeur ici.
Une rumeur ici.
Une rumeur ici.