AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 i'm dying to see how this one ends. ★ pv reiji takeda

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité
Invité
avatar

Mar 17 Mar - 8:07

Le réveil fut désagréable, il était encore trop tôt, aux alentours de sept heures trente. Je n'avais pas envie d'aller en cours. Et dans ces moments-là, j'aimais bien traîner sur le toit, comme toujours. C'était un peu mon endroit fétiche, qui me permettait de me détendre tranquillement.

En plus, il y avait une piscine, parfait pour piquer une tête quand personne ne regardait. Après une longue douche et avoir enfilé un slim noir et un simple top à bretelles, je filais. Je vérifiais quand même n'avoir rien oublié. Mes clés, mes clopes, mon portable. Ma colocataire était déjà partie en cours, donc je fermais à clé.

Il faisait un peu chaud, aujourd'hui. Je montais rapidement l'escalier en colimaçon, ne pouvant pas m'empêcher de sourire bêtement en repensant à la scène qui s'était déroulé la veille, ici-même. Je me posais plein de questions, mais je n'étais pas sûre de vouloir connaitre les réponses. En ouvrant la porte qui menait au toit, le soleil m'aveugla un peu. Et je remarquais que je n'étais pas seule. Un sourire aux lippes, je m'approchais doucement.

- Vous aussi, vous appréciez les toits ?

Sans réellement lui donner le temps de répondre, je me posais à ses côtés, sortant une clope de mon paquet. La portant à mes lèvres, je remarquais que j'avais - encore - une fois oublié mon briquet. Quand c'était pas les clopes, c'était le briquet. J'étais une telle tête en l'air, ça me foutait les jetons. Un jour j'oublierais ma tête, m'voyez. Désespérée, je repris la parole en lui tendant ma cigarette.

- Vous auriez du feu, monsieur Takeda ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

Jeu 19 Mar - 10:58

La nuit a été courte. Reiji a eu bien du mal à s'endormir. Décidément, il a bien du mal à se faire au fait de ne plus sortir. La solitude le mine pas mal finalement. Et la veille, il a passée la soirée au téléphone avec son meilleur ami, resté sur le sol Japonais. Ca lui a fait du bien finalement, même si Sano s'est bien foutu de sa gueule en le traitant d'adolescence en mal d'amour. Il souri encore à cette remarque alors que son réveil sonne. Il est six heure. Bien trop tôt selon lui, mais il n'a pas franchement le choix. Il file sous la douche avant d'enfiler un pantalon noir et une chemise blanche. Il avale un petit déjeuner rapide avant d'attraper son veston. Il a encore pas mal de boulot.

Depuis son arrivée, il a pris l'habitude de venir plus tôt au boulot. Il a les clefs, ce qui ne pose donc pas de souci. Reiji n'est jamais en retard, mais bien souvent très en avance. Ainsi, il prend son temps pour préparer sa journée et accueillir dans de bonnes conditions ceux qui viennent réclamer son aide. C'est pourquoi il arrive au bureau sur les coups de sept heure, consacrant le premier quart d'heure à la mise en route de son planning et tout ce qui s'en suis. Il prends ensuite la liberté de se rendre sur le toit histoire de fumer une clope rapidement en profitant de la vue.

Mais à peine parvenu sur celui ci, des bruits de pas se font entendre. Un surveillant? Surprenant à cette heure ci. Et de toute façon pour le moment, il ne fait rien de mal et doute même du fait qu'un surveillant ose le sermonner sérieusement. Accoudé au parapet, il reconnait rapidement la demoiselle de la veille. Elle semble un peu plus encline à lui adresser la parole.

« On dirait bien. C'est l'occasion pour moi de visiter sans me fouler. »

Précise t-il en esquissant un sourire amusé. D'ordinaire, il n'est pas du genre feignant. Mais qui a envie de faire de la marche à pieds à 7h30 du matin? Pas lui, à moins d'y être contraint. Entre temps, il se contenta de glisser l'une de ses clopes entre ses lèvres, s’apprêtant à l'allumer. Il hausse un sourcil à l'attention de la demoiselle. Allumant la sienne.

« Je ne sais pas si je devrais.... »

Amorce t-il avec malice avant de lui tendre son briquet, emplissant ses poumons de la fumée nocive. C'est vrai, il ne devrait pas. Et alors? Il n'a pas envie de jouer les policier. Pas ici. Ce n'est pas son rôle.

« Ne va pas raconter ça à tout le monde. »

Achève t-il finalement. Il serait tout de même fâcheux qu'il se fasse remonter les bretelles parce qu'une élève à trop parlé.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

Sam 21 Mar - 13:12

J'étais posée tranquille près de la rambarde du toit. Peur de tomber ? Nan, ça allait, en fait. La hauteur, j'aimais bien. Il me fit sourire avec sa réponse et j'attendais sagement qu'il allume ma clope. J'avais besoin de ma cigarette du matin. Vraiment. C'était la meilleure de la journée, pour tout avouer. Je répliquais en patientant, espérant qu'il se dépêche de me passer du feu.

- C'est vrai que la vue est pas mal, d'ici. Mais y a pas beaucoup d'élèves qui viennent trainer dans l'coin.

On était seuls, en fait. Mis à part quelques oiseaux qui venaient de temps à autre picorer des miettes de pain oubliées sur le toit, y avait personne. Vu l'heure, ça semblait logique. Mais j'avais l'habitude d'être seule sur le toit en général, peu importe l'heure, donc je me sentais un peu perturbée d'être en compagnie d'une autre présence. Surtout une présence masculine. Il pouvait le remarquer car je mordillais nerveusement ma lèvre inférieure.

Il se décidait enfin à me passer son briquet. Je grillais le bout de ma clope lentement et je tirais une première bouffée avec avidité. Le poison s'insinuait lentement dans mon corps, mes cellules, mon sang. Et j'allais beaucoup mieux, d'un coup. J'étais apaisée, comme à chaque cigarette que je fumais. Je soufflais ma fumée qui s'envola rapidement en volutes grisâtres et lui rendit son briquet avec un sourire.

- Pourquoi j'irais raconter ça aux gens ? J'suis pas une balance, m'sieur Takeda. - Je tirais de nouveau sur mon poison et je le tournais la tête pour le fixer droit dans les yeux. Tiens, lui aussi avait une cicatrice sur le visage. C'était la mode ? Je repris la parole, les yeux rivés sur son faciès. - Et même si je n'aime pas spécialement les conseillers d'orientation, j'ai pas que ça à faire de les faire virer. C'est un truc de gamins, ça.

Et je me tus, profitant simplement de ma clope qui se consumait trop rapidement à mon goût.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

Ven 27 Mar - 12:02

Peut-être qu'il vieilli Reiji finalement. Mais il aime bien ces petits moments paisibles. Il aime bien la fraicheur du petit matin. Le calme. Et ce bâtonnet incandescent au bout de ses lèvres. Son ami depuis bien longtemps. Le seul qui l'ai suivi. Il comprend Sano, il fallait bien qu'ils se séparent un jour tous les deux. Son regard se porte sur le visage de la demoiselle à ses côtés. La ressemblance est frappante. Elle lui fait presque mal. Et inconsciemment, en cet instant, alors que le regard de la demoiselle le dévisage, il se dit qu'il doit partir. Reiji se connait. Il n'a qu'une faiblesse. Et c'est celle ci. Alors il a peur de faire une connerie. Ce n'est qu'un visage. Elle n'est pas Lilith.

Sa main se pose sur la rambarde de métal. Il a même remit son alliance qu'elle avait réussi à lui faire retirer. C'est peut-être mieux ainsi. Il ne doit pas y penser. Et si la demoiselle pouvait lire dans son esprit, elle serait probablement effrayée. Il y a probablement de quoi, rien de tout cela n'est glorieux et ce n'est d'ordinaire pas du genre de Reiji de se montrer si sensible. Il hausse les sourcil, balayant tout ça d'un revers de main fictif alors qu'il expire une fumée nocive sans même entre-ouvrir les lèvres.

« Très honnêtement, je ne doute pas de ts capacités alors, ne doute pas des miennes. »

Rétorque t-il avec malice. Ce n'est pas une menace. En fait, ses paroles sembles peut-être même vide de sens. Mais dans le fond, il veut simplement dire par là que même si elle est probablement très doué, il lui faudrait bien du courage pour parvenir à le faire virer. Reiji n'est pas une colombe, il est d'avantage le loup blanc. Qui montre...Patte blanche. Celui qui semble irréprochable et qui pourtant commet bien souvent l'irréparable. Ce genre de type capable de toute les pirouettes. Ce genre d'homme qui jamais ne pose un genou au sol. Le genre d'ex directeur adjoint capable de masquer aux yeux de tous une évidence.

Il esquisse un sourire qu'elle ne comprend sûrement pas avant de porter sa clope à ses lèvres à nouveau. Son regard se perd un court instant sur l'horizon avant de finalement se reporter sur le visage de la demoiselle. Il n'a pas manqué de remarquer qu'elle le dévisageait à l'instant, et s'il n'est pas curieux par nature, il a néanmoins une question.

« Tu n'arrête pas de me dévisager, je sais que j'aurais pu mieux me raser, mais tout de même. »

Une question indirecte en somme toute....Mais qu'importe, au final, la réponse n'est pas d'une importance capitale, et il va de soit qu'elle ne l'apprécie pas plus que ça visiblement. Reiji est habitué depuis longtemps à être résumé à un rang plus qu'à un être. Autrefois "Alpha", ensuite "Directeur adjoint" puis désormais "Conseiller d'orientation", son prénom et son nom, ainsi que tout son être sont depuis longtemps relégué au second plan. Ça ne le dérange pas.

« Je viens d'arriver dans ce pays, tu n'as pas du rater mon accent. Des conseil sur les endroits sympa ici? »

Achève t-il finalement. Autant se renseigner tout de suite, voilà des semaine qu'il ne sort plus. Depuis son arrivée sur le sol américain en fait. Et franchement, ça le saoul. Elle doit bien connaître de bonnes adresses. En espérant qu'elle ne pense pas à lui conseiller un petit salon de thé....
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

Sam 4 Avr - 17:33

I'M DYING TO SEE HOW THIS ONE ENDS
 
C'était paisible, comme matinée. J'aimais bien quand les journées débutaient ainsi. Le toit était un endroit que j'affectionnais tout particulièrement, pour ce calme permanent et j'avais l'impression d'être la seule au monde, ici. Le temps semblait arrêté et j'appréciais, tout simplement. J'étais loin de la famille, loin des élèves, loin de tout. Je n'avais pas besoin de me battre pour obtenir mon argent ou d'aider des filles perdues. C'était mon petit coin à moi, que Mr Takeda venait de souiller par sa présence. 


Si au moins ça aurait été une jolie fille, je n'aurais rien dit, mais là... N'étant pas franchement habituée à parler avec des adultes, je n'étais pas très attentive. Distraite par la cicatrice qui barrait son visage, je mis quelques secondes avant de comprendre que je le fixais intensément. Mon regard dévia donc sur le côté, mes joues s'empourprant légèrement au passage. J'étais trop curieuse et indiscrète.


- Excusez-moi, je ne voulais pas vous dévisager de la sorte. C'est juste que vous me rappelez quelqu'un que j'aimerais bien oublier, en fait.répondis-je en regardant ailleurs.

Cette personne, c'était bien évidemment Ethan. Depuis la rencontre sur le terrain de sport, je n'arrivais pas à me le sortir de la tête. Il m'avait bien énervée, avec sa manie de me lancer des piques à chaque phrase. Je soufflais les dernières lattes de ma cigarette en regardant un point imaginaire droit devant moi.- Vous venez d'où exactement ? Je connais bien quelques endroits sympa, mais je doute que vous seriez ravi de les connaître... - 

Je marquais une pause pour aller jeter mon mégot dans la poubelle, après l'avoir éteint, évidemment. Puis je me plantais droit devant le conseiller, jetant de nouveau un œil sur son visage. - Je ne veux pas m'attirer des ennuis, ni que vous alliez répéter au directeur ce que je fais en dehors du bahut. Mon père me tuerait si j'étais virée de l'établissement ! - Je ricanais bêtement. En vrai, j'ignorais ce que mon vieux ferait si j'étais dégagée du pensionnat. Mais il n'était pas question de révéler mes activités à un conseiller d'orientation. C'était jouer avec le feu.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

Mar 7 Avr - 10:51

Reiji ne porte que trop peu d'intérêt à ce genre de chose. Dans le fond, elle peut bien le dévisager autant qu'elle le veut, il en faut plus que ça pour le perturber en règle générale. Mais le fait est que pour l'heure, il lui faut trouver une façon d'alimenter la conversation et c'est bien là tout ce qu'il a pu trouver. Ceci dit, la réponse de la demoiselle lui arrache un sourire. Le hasard fait parfois bien les choses...Ou pas. Il y a bien plus de similitudes entre eux qu'elle ne peut le penser sûrement. Il se contente de rester muet à ce sujet. Qu'est-ce qu'elle en avait à faire après tout?

« Une petite ville, au Japon. Je ne sais moi même pas trop comment j'ai débarqué ici. »

Précise t-il en ricanant et en glissant de nouveau sa cigarette entre ses lèvres, en grillant une petite partie avant d’expirer profondément en riant dans le même temps. Elle ne le connait pas c'est vrai. Elle ne peut pas savoir qu'il n'est pas vraiment comme tous les conseiller d'orientation de son âge.

« Tu dis ça parce que tu ne me connais pas bien. »

Précise t-il avec malice en esquissant un sourire bref, jetant lui aussi son mégot après l'avoir soigneusement éteint. C'est alors qu'elle vient se planter devant lui. Il hausse un sourcil en soutenant son regard sans le moindre problème. Il esquisse à nouveau un sourire amusé.

« Ce qui se passe en dehors de l'établissement reste en dehors de l'établissement. Et puis je ne suis pas surveillant, je n'ai pas a faire un rapport sur les activités extra-scolaire des étudiants. Fort heureusement. »

Il hausse les épaule et s'appuie et croise les bras. Il peut se montrer très convaincant. Et pour le coup, il est même parfaitement sincère.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

Jeu 9 Avr - 18:15

I'M DYING TO SEE HOW THIS ONE ENDS
 
J'avais envie d'une autre cigarette. Oui, je m'étais promis de réduire ma consommation mais non, je n'y arrivais pas. Quand je stressais comme maintenant, j'avais besoin d'une forte dose de nicotine. Et autant dire qu'une seule clope ne comblait pas le vide. Alors comme ça il venait du Japon ? C'était vrai, il avait plus la tête d'un asiatique qu'autre chose. Il n'était pas vraiment du type qu'on croisait souvent ici, blond aux yeux bleus, surfeur et adepte des soirées alcoolisés. Loin de là. Il dégageait une aura particulière, même. C'était le genre de personne au calme imperturbable ; mais qui une fois énervé, était impossible à arrêter. J'aimais bien les gens posés, mais ça ne voulait pas dire que j'allais devenir sa meilleure amie ou quoi, hein.

- Ne vous en faites pas pour vôtre accent, le mien n'est pas forcément mieux. Je viens du Brésil et même si j'ai appris l'anglais, ma langue maternelle, le portugais, reprends souvent le dessus. Après tout,  on ne peut pas renier ses origines. - répliquais-je en souriant poliment.

La vérité, c'était que j'aurais aimé être née dans une autre famille, loin de mon père et de ses histoires louches. Je restais sagement prostrée devant lui, observant ses gestes dans les moindres détails. Pour un membre de l'établissement, il se la coulait douce. Les bras croisés, il me rendait autant de sourires que je lui offrais. Il riait aussi, amusé. La plupart des professeurs et des pions ne faisait jamais cette tête, quand il me voyait.  

- Vous savez, m'sieur... - Je m'avançais vers lui, soutenant son regard sans le lâcher une seconde. J'étais assez proche pour mieux distinguer sa cicatrice qui lui creusait la peau, mais pas assez pour dire que je cherchais à lui faire la cour.

- Vous êtes différent des autres. Je vous aime bien, même si je ne vous connais pas encore. Mais vraiment, je préfère garder mes activités extrascolaires pour moi.

Je lui adressais un énième sourire (depuis quand je souriais aussi facilement ?) et cherchais une cigarette dans mes poches. Ah. Je n'en avais plus une seule dans mon paquet. Je soupirais légèrement en froissant le paquet entre mes mains. - Moi qui voulait réduire ma consommation, il faut croire que je n'ai plus le choix, hein. - murmurais-je entre mes dents. L'heure tournait, sans qu'on s'en rende vraiment compte. En jetant un œil par dessus la rambarde, je vis quelques retardataires courir en direction du bâtiment.

- Les cours ont commencés, on dirait. - soupirais-je en m'appuyant sur la dite rambarde. - Je vais sécher, je n'ai pas envie de voir ma classe. concluais-je en observant les élèves pressés.
Revenir en haut Aller en bas
Reiji Takeda
avatar
messages : 1
points : 3
inscription : 09/04/2015
orientation sexuelle : Hétérosexuelle
profession : Conseiller d'orientation.

Sam 11 Avr - 14:42

Il se montre toujours aussi serein. Il attends réellement une réponse de la demoiselle, et cela n'a clairement rien à voir avec une quelconque curiosité malsaine. Il cherche vraiment à trouver des endroits sympa. En vérité, il est plutôt doué pour en trouver en principe, mais dans un pays qui n'est pas le vôtre, c'est un défi parfois un peu plus salé. Il comprend cependant qu'elle se méfie. Et son regard ambré ne la lâche pas. Il n'a pas reculé lorsqu'elle s'est approchée, après tout, elle est encore à une distance raisonnable. Peut-être trop, mais Reiji se refuse à penser à une chose pareille. Il doit aller de l'avant à présent.

« Je trouverais par moi même alors, mes talents pour la débrouille devrait refaire surface sans trop de mal. »

Précise t-il en ricanant brièvement. Ce n'est pas un rire moqueur. Plutôt paternel en fait, pas celui d'un jeune homme. Pas celui du jeune homme qu'il avait été. Le fait est que Reiji le sait bien, tout ça est derrière lui à présent. Il n'aura plus jamais 20 ans.

« Une clope une info. »

Propose t-il alors qu'une lueur de malice s'allume dans son regard. Il n'a plus 20 ans ok. Mais il en a 30 et ça, c'est sûrement encore mieux quoi que tout le monde pense. Il ne compte pas se laisser bouffer par le temps et il est têtu dans le fond Reiji. Un sourire presque mesquin se dessine alors sur ses lèvre alors qu'il ignore royalement l'annonce de la demoiselle. Il n'a pas envie de faire de la psychologie, et encore moins de se confondre en sermons inutiles.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

Mer 15 Avr - 10:27

I'M DYING TO SEE HOW THIS ONE ENDS
 
J'étais toujours en train d'observer les étudiants. Je me rendit compte que j'étais la seule à parler dans la conversation. J'écoutais à peine l'interlocuteur, me demandant encore pourquoi je parlais autant. Ce n'était pas dans ma nature de converser pendant des heures avec des inconnus. Je n'avais pas d'amis réellement proches, à part Alaska et Jeongmi. Et encore, ces temps-ci, je ne les voyais même plus. Je passais mon temps à errer ici et là, occupée à vendre ma came pour subvenir à mes besoins. La chaleur commençait à devenir étouffante et l'envie d'une clope bien trop oppressante pour que je reste tranquille. Je me tournais vers lui, le regard sérieux.

- Bonne chance pour trouver, alors. déclarais-je sur un ton neutre. Pourquoi est-ce que je restais ici, au juste ? Ce mec.. Non, cet adulte était un de ceux que je détestais tant. Et en bonne paranoïaque que j'étais, je persistais à croire qu'il me parlait uniquement dans le but de me piéger par la suite. C'était ce que les adultes faisaient. Les hommes, surtout. Ils trompait pour le plaisir. Faire pleurer les femmes était leur passe-temps. C'était en partie pour ça que j'étais attirée par les filles. C'était certes chiant, parfois trop jalouse, capricieuse et langue de vipère, mais ça faisait moins mal lors d'une rupture. Bref. Sa proposition était alléchante mais en bonne méfiante, j'hésitais un peu.

- Pourquoi vous tenez absolument à obtenir des informations de ma part ? questionnais-je en le fixant droit dans les yeux. Je continuais sur ma lancée, une fois partie il était presque impossible de m'arrêter. - Vous ne me connaissez même pas. Qui me dit que vous n'allez pas retourner ce que je vous dirais contre moi ? Après tout, on est dans l'enceinte de l'établissement. Et je n'ai pas confiance car quand bien même vous êtes sympa, vous restez un adulte et qui plus est, le conseiller d'orientation. - concluais-je en croisant les bras sur ma poitrine. J'étais prête à en découdre.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
 

i'm dying to see how this one ends. ★ pv reiji takeda

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» dying to feel again ▬ Lexa
» Dying Light
» Barbaries pour crier d'indignation , JE ME SOUVIENS
» Cordélia Amethyst Reinhold ◐ Sky Ferreira
» you don't have to find out you're dying to start living ▲ solange.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PENSI☀NNAT AZURE :: Azure Events :: Archives avant 03/04/15-
Le Pensionnat International Azure (PIA) accueille chaque année de nombreux étudiants de l'Australie, mais aussi de partout dans le monde comme l'institut est affilié à plusieurs autres écoles dans le monde (ce qui fait que les échanges étudiants ne sont pas rares). Il ne nécessite pas d'être riche pour fréquenter cette école, mais d'être au minimum dans la moyenne.
Votre St@ff

Afin de poster votre propre rumeur, veuillez contacter par messagerie privé Luxana.
Ethan J. Flynn puerait tellement des pieds que l'on sentirait l'odeur de ceux-ci dans la chambre voisine.
Il paraîtrait que Aleksey A. Averine se soit fait faire des implants pour avoir des poils, étant naturellement imberbe.
Il paraît qu'Eileen Trayss est du genre à vomir sur quiconque se baladerait pieds nus.
Nemesis Jones serait profondément amoureux de Wade Spitznogel au point de rêver de lui et d'appeler son prénom dans la nuit. Hé hé.
Une rumeur ici.
Une rumeur ici.
Une rumeur ici.
Une rumeur ici.
Une rumeur ici.
Une rumeur ici.
Une rumeur ici.
Une rumeur ici.