AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Quand faut y aller, faut y aller (Privé Moira)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Wade Spitznogel
« Admin | Deadpool »
« Admin | Deadpool »
avatar
messages : 154
points : 44
inscription : 12/03/2015
orientation sexuelle : Bisexuel.
profession : Épicier !
année d'étude : troisième année [je sais pas de quoi vous parlez ... je veux contacter mon avocat.]

Dim 15 Mar - 12:14

Il avait fait le ménage de pas mal de pièces depuis ce matin et il devait être 11h quand il atteignit enfin le réfectoire. Il était un peu en retard et sans doute que quelques élèves qui n'avaient pas cours dans l'heure arriveraient en même temps que lui alors passer la serpillière était peine perdue.

Wade en profita plutôt pour frotter les tables avec un chiffon et un peu de produit nettoyant. Il était, d'ailleurs, concentré dans cette tâche quand il entendit les portes s'ouvrir. Son chariot avec ses effets était disposé près de lui et c'est pourquoi en se tournant il pu voir de qui il s'agissait.

Une fois le visage photographié dans sa tête, Wade eut un petit sourire et retourna à sa besogne l'air de rien (même s'il s'était mit à siffler l'air de "We will rock you").



Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

Lun 16 Mar - 16:48

Je m'étais levée - encore une fois - en retard pour les cours du matin donc j'avais décidé de sécher. De toute façon, je n'étais pas studieuse donc quel intérêt d'aller en classe. Il était aux alentours de onze heures quand je rejoignis le réfectoire, scotchée sur mon cellulaire, regardant une vidéo débile sur Youtube. J'avais envie de grignoter un bout avant de reprendre les cours cette aprèm. J'étais crevée, je ressemblais à un zombie, aujourd'hui.

En pénétrant dans l'enceinte du réfectoire, je fronçais les sourcils. Il était là, ce sale concierge de mes deux. Je ne pouvais pas le supporter, lui et sa manière de reluquer les filles l'air de rien. J'avançais vers la file, sans me préoccuper de lui pour le moment. Rien que pour l'embêter, j'avais déjà ma petite idée en tête.

Je pris une assiette de spaghettis  à la bolognaise accompagné d'un verre d'eau. Mon plateau sur une main, le portable dans l'autre, je me dirigeais vers une table de libre. Avant d'arriver à ma destination, je renversais tout parterre dans un geste de maladresse calculé. Il y avait de la sauce partout,  mélangée avec de l'eau, formant une flaque orangée sur le sol. Et des pâtes. Levant les yeux au ciel, l'air exaspéré, je m'exprimais, le fixant droit dans les yeux.

- Oh noooon ! Je suis tellement maladroite ! Heureusement que vous êtes là pour nettoyer, m'sieur le concierge.

Le tout avec un sourire railleur collé au faciès. Je m'asseyais tranquillement dans un coin du réfectoire. Je savais pertinemment qu'il aurait du mal à passer la serpillère dans ces conditions, vu que des élèves étaient arrivés, mais je m'en fichais complètement. J'avais juste envie de le voir galérer à passer entre les élèves et accomplir sa besogne de femme de ménage.
Revenir en haut Aller en bas
Wade Spitznogel
« Admin | Deadpool »
« Admin | Deadpool »
avatar
messages : 154
points : 44
inscription : 12/03/2015
orientation sexuelle : Bisexuel.
profession : Épicier !
année d'étude : troisième année [je sais pas de quoi vous parlez ... je veux contacter mon avocat.]

Mer 18 Mar - 15:11

Elle semblait en mode combat. C'est ce qu'il constata lorsqu'elle daigna relever la tête de son téléphone et renversa son assiette sur le sol en prononçant ces mots. Elle se la jouait provocatrice comme chaque fois qu'ils se croisaient, mais Wade devait admettre que cette fois-ci elle avait fait fort.

Il posa le regard sur les dégâts et les élèves qui s'accumulaient aux tables. Il se permit juste de marcher entre les gens en poussant son chariot et c'est en fixant le sol qu'un lent sourire se traça sur ses lèvres. « C'est ta nouvelle manière de perdre du poids ? Efficace, je trouve. » dit-il en saisissant un produit nettoyant en spray. Puis, tranquillement, il lui en envoya un jet sur elle et son téléphone.

« Tu m'aides à ramasser ? » demanda-t-il en sachant très bien qu'elle refuserait. Mais c'est pas grave. Wade avait toujours cette envie de faire aller son grand clapet à dire de la merde.



Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

Sam 21 Mar - 8:57

J'l'aimais autant qu'une merde collée sur ma chaussure, le concierge. Il m'énervait tellement, c'était abusé. Plongée dans mon portable, je sentis soudainement un truc m'asperger le visage et des gouttes tomber sur mon écran et je poussais une injure vraiment mauvaise à travers le brouhaha des autres. Tout le monde fixait la scène et je me levais d'un bond. Arrivée à proximité de son chariot de ménage, je m'adressais à lui, essuyant au passage mon faciès et mon écran avec le revers de mon bras.

- Ca me pique les yeux, ta connerie de spray.

Puis j'attrapais le balai de son chariot entre mes mains, pour le frapper avec dans le tibia. - J'te déteste mais okay, j't'aide. - Je me mis à laver le sol lentement. J'avais rien à faire de plus intelligent, de toute façon. Et attirer l'attention sur moi n'était clairement pas une de mes priorités. Je fixais le sol plein de spaghettis avec un air mou sur le visage. Mon estomac criait famine.

- Elles avaient l'air bonnes, ces pâtes.

J'avais quasiment fini de laver mon bordel en marmonnant ces paroles. C'était tellement chiant de faire le ménage, j'me demandais comment il pouvait faire ça toute la journée.
Revenir en haut Aller en bas
Wade Spitznogel
« Admin | Deadpool »
« Admin | Deadpool »
avatar
messages : 154
points : 44
inscription : 12/03/2015
orientation sexuelle : Bisexuel.
profession : Épicier !
année d'étude : troisième année [je sais pas de quoi vous parlez ... je veux contacter mon avocat.]

Mar 24 Mar - 12:47

Il ne s'attendait pas forcément à ce qu'elle réagisse de cette façon, mais comme elle venait de prendre le balai il n'eut pas le temps de calculer et elle le frappa direct dans le tibia. La douleur lui résonna dans toute la partie inférieure de la jambe en montant jusqu'au genou. « Pourquoi tant de haine ? » demanda-t-il quasi théâtralement avant de la regarder tandis qu'elle nettoyait le carrelage.

Et sa réplique lui fit lever le sourcil droit. « Ah ça oui. Elles le sont ! C'est même l'une des rares choses de bonnes dans cette cafétéria. » Il eut un petit sourire et se contenta de s'approcher en récupérant la serpillière. « Je sais ce que tu te dis. Que mon job est un job ingrat, mais il paie bien. Justement parce que c'est pas tout le monde qui a le courage de le faire. » lui fit-il savoir en la surplombant de toute sa hauteur.

Elle était si adorable avec son expression renfrognée. Il avait presque envie de lui pincer le nez.



Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

Lun 6 Avr - 12:05

hungry. hungry. hungry. hungry.
 
Pourquoi avait-il besoin d'être si théâtral au beau milieu du réfectoire ? Je détestais les regards rivés sur nous parce qu'il faisait le comique. Je ne bronchais pas quand il reprit sa serpillière et me contenta de lâcher un soupir de satisfaction. J'avais réparé mes bêtises, le sol était si brillant qu'on aurait pu manger dessus. Mais l'ombre qu'il me faisait en me surplombant de toute sa taille ne me plaisait pas du tout. J'avais bien compris qu'il était plus grand que moi, ce n'était pas la peine de se planter devant moi de la sorte. Et seigneur j'avais tellement faim ! Mon estomac grognait et je sentais le rouge me monter aux joues.

- Ça paie si bien que ça ? répliquais-je en tripotant une de mes mèches de cheveux. Ce tic me collait à la peau depuis l'enfance. J'étais subitement intéressée, maintenant. L'argent m'attirait plus que n'importe quoi dans ce foutu monde. Du côté familial, je n'en manquais pas, mais je refusais catégoriquement de demander un seul centime à mon vieux. Donc j’enchaînais les petits boulots, je faisais un peu de deal et je de débrouillais comme je pouvais pour arrondir mes fins de mois. - Par contre tu me caches la vue, pousse toi. J'ai vu un hamburger qui a l'air vraiment fabuleux et je doute qu'il reste très longtemps vu le monde qu'il y a. J'ai super faim. Tu veux un truc, Mr le concierge ? - Oui, ça m'arrivait d'être gentille avec les autres. C'était certes rare, mais ça m'arrivais.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
 

Quand faut y aller, faut y aller (Privé Moira)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Quand faut y aller faut y aller
» Quand faut y aller, faut y aller ! [Faust]
» Quand faut y aller, faut y aller ! || PV Matthew
» « Vivez, hommes, vivez, mais si faut-il mourir. »
» Je déteste demander de l'aide... Mais quand il le faut... Il le faut. [privé Leyna]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PENSI☀NNAT AZURE :: Azure Events :: Archives avant 03/04/15-
Le Pensionnat International Azure (PIA) accueille chaque année de nombreux étudiants de l'Australie, mais aussi de partout dans le monde comme l'institut est affilié à plusieurs autres écoles dans le monde (ce qui fait que les échanges étudiants ne sont pas rares). Il ne nécessite pas d'être riche pour fréquenter cette école, mais d'être au minimum dans la moyenne.
Votre St@ff

Afin de poster votre propre rumeur, veuillez contacter par messagerie privé Luxana.
Ethan J. Flynn puerait tellement des pieds que l'on sentirait l'odeur de ceux-ci dans la chambre voisine.
Il paraîtrait que Aleksey A. Averine se soit fait faire des implants pour avoir des poils, étant naturellement imberbe.
Il paraît qu'Eileen Trayss est du genre à vomir sur quiconque se baladerait pieds nus.
Nemesis Jones serait profondément amoureux de Wade Spitznogel au point de rêver de lui et d'appeler son prénom dans la nuit. Hé hé.
Une rumeur ici.
Une rumeur ici.
Une rumeur ici.
Une rumeur ici.
Une rumeur ici.
Une rumeur ici.
Une rumeur ici.
Une rumeur ici.